Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 17:05

Durandal (t.1)
En l’an 772, lassé des multiples attaques saxonnes contre la population franque, Charlemagne réunit une gigantesque armée afin de bouter l’ennemi hors du royaume. Une terrible bataille s’engage à l’issue de laquelle les Saxons sont vaincus. La victoire est cependant amère : Ambroise, comte de la Marche de Bretagne et ami du roi, est tué pendant le combat. Le jour de ses funérailles, et contre toute attente, sa légendaire épée Durandal échappe à son héritier légitime pour prendre le chemin de l’Islande. Une période de troubles commence alors en terres de Bretagne…

Genre : Fantastique
Scénario : Nicolas Jarry
Dessin : Gwendal Lemercier
Editeur : Soleil
Année : Juin 2010


La collection Celtic publiée par les éditions Soleil s’enrichit d’un nouveau titre. Sur fond de légendes empruntées aux civilisations gauloise et scandinave, Nicolas Jarry (Les Brumes d'Asceltis) livre une adaptation toute personnelle de l’une des plus célèbres chansons de geste du Moyen-âge. Mêlant habilement faits historiques, contes populaires et éléments sortis tout droit de son imaginaire, le scénariste entreprend de revisiter l’histoire de Durandal, la légendaire épée de Roland, neveu de Charlemagne. Ce premier album, sorte d’introduction, permet au scénariste de mettre en place les lieux et protagonistes qui joueront un rôle dans la suite de l’intrigue. Du coup, les origines présumées de la mythique lame ne sont pas encore clairement posées. De même, l'acteur central de cette épopée ne semble pas encore avoir la stature d’un héros en devenir. Toutefois, au regard des développements contenus dans les dernières planches, il n’est pas exclu que les événements s’accélèrent pour lui dans le prochain tome.

Par ailleurs, Gwendal Lemercier livre un œuvre graphique assez plaisante, à l’instar de sa précédente réalisation La Malédiction de l'Anneau. Féru d’imaginaire celtique, ce jeune auteur talentueux exécute ici des planches très fournies et détaillées : celles ayant trait aux scènes de combat laissent bien transparaître la violence et la rage qui animent les personnages. Ceux-ci ne sont d’ailleurs pas en reste et il convient de saluer l’attention portée à la réalisation des expressions faciales, tout comme dans celle des diverses tenues vestimentaires.

Deux légères réserves cependant. Tout d’abord, la mise en couleurs effectuée par Digikore Studios, bien que de facture honnête, est par moments un peu trop chargée, ce qui ne rend pas totalement justice au remarquable travail du dessinateur. Pour s'en convaincre, il suffira de jeter un œil à la galerie, façon ex-libris crayonnés, ajoutée en fin d'album. Ensuite, la police de caractères choisie - et il en existe beaucoup - ne facilite pas la fluidité de lecture.

En bref, un premier tome agréable empreint d’aventures, de complots et d’esprit chevaleresque.

 

Chronique également publiée sur www.bdgest.com

Partager cet article

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Séries

Sites Généralistes

Catégories

Audience et Statistiques

  

   un compteur pour votre site