Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 16:39

Zombies (t.1)
Dans un futur proche, la quasi-totalité de la population mondiale s’est transformée en zombies. Les rares personnes ayant survécu à la fin du monde civilisé essaient à présent d’échapper aux morts-vivants qui les traquent. Parmi ces individus, Sam Coleman tente de retrouver sa fille Stacy, piégée dans ce qu’il reste de Seattle aux États-Unis.

Genre : Fantastique
Scénario : Olivier Péru
Dessin : Sophian Cholet
Editeur : Soleil
Année : Juin 2010


La réalisation d’une série originale sur les revenants semble désormais très difficile tant l’abondance d’œuvres traitant d’un thème similaire a pu être observée ces derniers mois. Zombies fait, néanmoins, partie des projets qui méritent que l’on s’y attarde. Dans ce premier opus, Olivier Péru (Lancelot) livre un récit post-apocalyptique bien construit dans lequel notre monde est plongé en plein chaos. D’emblée, le scénariste propose une accroche très efficace au moyen d’une séquence d'introduction habilement réalisée qui donne le ton et met rapidement le lecteur dans l’ambiance. L’auteur s’est bien approprié les codes du genre et alterne avec bonheur les séquences d’actions agrémentées d’un certain humour noir, ainsi que les passages où il prend le temps de développer la psychologie des divers protagonistes. Ainsi, le personnage central, peu attachant au départ de l’histoire, gagne peu à peu notre sympathie dans la quête qui est la sienne. Loin d’être un surhomme, Sam Coleman tente simplement de survivre à des situations qui le dépassent. C'est donc avec un certain regret que ce premier tome s'achève tellement la lecture est prenante.

Côté dessins, Sophian Cholet livre des planches particulièrement réussies. Son trait réaliste convient aussi bien aux scènes urbaines qu’à des environnements plus arides. Les cases sont très lisibles, violentes lorsqu’il est nécessaire, mais sans jamais tomber dans une surenchère gore. Le découpage retenu, notamment pour les scènes mouvementées, suggère une inspiration puisée dans le cinéma de genre. Cela se révèle payant puisque le dessinateur parvient à impulser le rythme nécessairement énergique pour ce type d’histoire.

La Divine Comédie est une vraie réussite qui appelle une suite du même calibre tant les pistes évoquées laissent entrevoir des développements futurs intéressants. Ceci étant dit, la façon ingénieuse dont se termine la narration permet également de lire cet album comme un one-shot. Fromage et dessert…

 

Chronique également publiée sur www.bdgest.com

Partager cet article

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Benjamin 28/08/2010 11:12



Je l'ai également chroniqué, j'ai vraiment aimé, j'attend la suite avec impatience !



PhV 28/08/2010 17:00



                 Un de mes coups de coeur 2010. J'espère que les auteurs ne nous feront pas


                 languir trop longtemps pour le tome 2...



Séries

Sites Généralistes

Catégories

Audience et Statistiques

  

   un compteur pour votre site