Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 décembre 2005 3 28 /12 /décembre /2005 15:58

critiquesbd.over-blog.fr
Alors que l’Amérique est sous le choc de mystérieux attentats mettant en cause le président et la politique extérieure du gouvernement, un certain George, attaché à la Défense, est victime d’un grave accident de voiture. Quelques mois après… Installé comme garagiste, George Price a tout pour être heureux : ses affaires marchent bien et sa jeune épouse lui est amoureusement dévouée. Mais, depuis qu’il a été opéré d’une tumeur au cerveau, il souffre d’une amnésie et de troubles qui l’angoissent. Selon son beau-père, médecin, ce ne sont que des effets postopératoires normaux. A divers détails de sa vie actuelle, George est toutefois convaincu d’avoir vécu une autre vie ailleurs. La journaliste Jennifer Lee en est également persuadée. Pour elle, ce brave garagiste est plus que le sosie parfait de George Valentine, le « prophète fou » condamné à mort et officiellement exécuté…

Genre : Policier
Scénario : Rodolphe - Serge Le Tendre
Dessin : Hugues Labiano
Editeur : Le Lombard
Année : Août 2003


Serge Le Tendre et Rodolphe nous livrent ici une œuvre intrigante et originale dans laquelle figure tous les ingrédients d'un bon thriller. La manipulation et les faux semblants sont partout. L'objectif de ce premier tome est clairement de mettre en place les diverses composantes de l'intrigue. Malgré tout, nous n'avons pas encore assez d'éléments pour y voir vraiment très clair. Il faudra lire la suite de ce diptyque pour obtenir toutes les réponses. Les esprits chagrins objecteront sûrement que le thème choisi n'est guère original : un amnésique et ce qui semble être un complot d'Etat ! Et oui, Jean Van Hamme (XIII) est déjà passé par là. Mais, la singularité n'est pas toujours une assurance de réussite.

Au niveau du dessin, je n'ai pas été totalement conquis par le style de Hugues Labiano (Black Op). Certes, nous avons affaire à un travail soigné. Labiano réussit à donner une certaine épaisseur à l'ambiance prenante et mystérieuse voulue par les deux scénaristes. Néanmoins, il me semble que les personnages flirtent parfois avec la caricature notamment au niveau de leurs traits.

Malgré tout, un bon moment de lecture sur cette BD...

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
13 décembre 2005 2 13 /12 /décembre /2005 07:29

Luna Almaden
Luna Almaden est une jeune aveugle qui vit seule et partage son temps entre deux passions : la sculpture de mobiles et les romans qu'elle lit en braille. Sa mère, une riche veuve excentrique, lui verse une rente qui lui assure une certaine indépendance. Luna a une sœur aînée, Valéria. Entre elles deux, les relations n'ont pas toujours été faciles, l'handicap de Luna ayant très tôt détourné l'amour maternel. Un jour leur mère est assassinée et tous les soupçons se portent sur Luna...

Genre: Policier
Scénario: Denis Lapière
Dessin: Clarke
Editeur: Dupuis
Année: Mars 2005


Avec Luna Almaden, la collection Aire Libre s'enrichit d'un bon petit polar mené par Clarke et Denis Lapière.

L'idée de départ est intéressante puisqu'il s'agit de nous faire vivre les aventures de Luna, une jeune aveugle, en positionnant la narration suivant sa perception du monde. Le défit était attrayant car il ne doit pas être aisé d'imaginer les ressentis et sensations d'une non voyante. Le challenge me semble réussit. Au fil de l'histoire, le lecteur entre peu à peu dans la peau de Luna, aidé il est vrai par quelques cases noires simulant la cécité et intelligemment distillées.

Le scénario élaboré par Denis Lapière (Le Bar du Vieux Français, Charly) est simple mais bien ficelé. Bien qu'il s'agisse d'un polar, le parti pris du scénariste n'est pas de brouiller les pistes. Le système narratif fait que le lecteur sait Luna innocente d'emblée. La véritable question réside dans la manière dont la machination va se dénouer tant les apparences chargent la jeune femme aux yeux des principaux protagonistes. Les tenants et les aboutissants nous seront dévoilés sans rebondissements scénaristiques artificiels. Logiquement, simplement.

Pour les dessins, Clarke (Mélusine, Mister Président) adopte ici un style plus réaliste qu'à son habitude. Le trait est vif et sans fioritures. La trouvaille des cases noircies participe à l'ambiance générale de cette bande dessinée. Les couleurs des planches sont peut-être un peu froides, mais cela n'est guère dérangeant. Une mention particulière doit être donnée à la couverture très réussie et intrigante.

Voilà une histoire très plaisante à lire, mais qui se parcourt peut-être un peu rapidement.

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
4 décembre 2005 7 04 /12 /décembre /2005 14:39

critiquesbd.over-blog.fr
New York. Deux tueurs à gage discutent au bas d'un immeuble. Après avoir gravi quelques étages, ils défoncent la porte d’un appartement et abattent un sénateur en pleine action avec la prostituée mineure qui l’accompagne. La version officielle fait état d’une mort naturelle. Deux flics tenteront de faire la lumière sur ce meurtre en secret de leur hiérarchie. Leur seul indice : une paire de chaussures italiennes maculée de déjections canines... 


Genre: Policier
Scénario: Matz
Dessin: Colin Wilson
Editeur: Casterman
Année: Janvier 2004


Un très bon album dont le script m'a, par moment, fait penser à Pulp Fiction (Quentin Tarantino) et Suicide Kings  (Peter O'Fallon).

Après avoir scénarisé la série culte Le Tueur, Matz signe à nouveau un polar noir d'excellente facture dont les personnages guère attachants possèdent tous des caractères bien trempés. Certes, jusqu'à présent, l'intrigue ne brille pas par son originalité, mais l'atmosphère générale du récit et une méthode narrative très efficace font que l'on se languit de connaître la suite. Si on ajoute qu'une bonne dose d’humour agrémente cette histoire, il est juste de dire que Les Petits Poissons semble être le premier tome d’une série prometteuse.

Le dessin classique et élégant de Colin Wilson confère à ses planches une ambiance sombre qui sied très bien à l'histoire. Les couleurs sont d'un bon niveau, même si l'informatique laisse transparaître un petit manque de chaleur.

Une belle réussite à conseiller vivement !
Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
20 novembre 2005 7 20 /11 /novembre /2005 22:07

critiquesbd.over-blog.fr
Finances et moral au plus bas, Blacksad est à Las Vegas où il travaille pour le compte d'un joueur fortuné. Pourtant une rencontre inattendue va bousculer sa nouvelle vie : un ami, Otto Lieber, scientifique de haut rang, est de passage dans la ville où a lieu une conférence sur le nucléaire. Les deux hommes réussissent à se voir et les souvenirs remontent à la surface... Otto semble avoir une vie passionnante malgré l'excentricité de son "bienfaiteur" Gotfried. Celui ci est marié à la troublante Alma et, après ces rencontres, la vie de Blacksad va prendre une nouvelle tournure...

Genre: Policier
Scénario: Juan Diaz Canales
Dessin: Juanjo Guarnido
Editeur: Dargaud
Année: Novembre 2005


Après deux ans d'attente, Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido nous livrent enfin le troisième album d'une série devenue incontournable. Dans Âme Rouge, les milices racistes du précédent opus laissent leur place à l'inquisition MacCarthyste répondant à un nationalisme exacerbé au sein des Etats-Unis des années 1950.

Autant le dire tout de suite, la narration est de qualité ce qui n'était pas joué d'avance compte tenu des thèmes abordés. Le scénario de Canales nous fait entrer dès les premières pages au cœur d'un bon vieux polar comme je les aime avec son héros désabusé et un cortège de seconds rôles réjouissants. L'intrigue complexe mêle astucieusement histoire d'espionnage, erreurs du passé et atmosphère policière pour notre plus grand bonheur. Le rythme insufflé au récit alterne savamment action débridée et moment de respiration avec une volonté inspirée de mettre en relief les avantages graphiques.

Car le dessin de Juanjo Guarnido est une nouvelle fois épatant. La galerie de personnages animaliers est remarquable tant leurs expressions ressemblent à celles de sujets humains. Comme à chaque fois, la race du protagoniste rappelle à merveille son tempérament présumé et ses travers. Si l'on ajoute à cela un découpage admirable et des couleurs bien senties, nous avons tous les ingrédients qui ont contribué à la réussite de cette série. Déjà récompensé par le prix du dessin au festival d'Angoulême 2004 (Blacksad : Artic Nation), Guarnido ne devrait pas être en reste avec ce nouvel opus.

Blacksad est une des productions qui aura le plus marqué le monde de la bande dessinée ces derniers temps !

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
5 novembre 2005 6 05 /11 /novembre /2005 14:31

critiquesbd.over-blog.fr
Septembre 1795. Terrible tempête dans le Golfe de Gascogne. On se bat furieusement contre les éléments à bord de la Danaé, navire de guerre de la marine du Roi Georges. Au cœur de la nuit, trois matelots vont perdre la vie, disparus par dessus bord au cours de l'épuisante bataille contre ce grain infernal. Mais au matin, alors qu'on établit le relevé des dégâts, il apparaît que l'accident n'en est pas un. La mort des trois hommes a été provoquée intentionnellement. Un assassin rôde…

Genre: Historique
Scénario: Roger Seiter
Dessin: Johannes  Roussel
Editeur: Casterman
Année: Janvier 2005


Avec H.M.S., Roger Seiter nous transporte à bord d'un vaisseau appartenant à la marine de la "perfide Albion" au 18ème siècle. Le scénariste de la série policière Fog élabore ici un nouveau thriller dont l'intrigue se développe à huis-clos. Comme à son habitude, l'auteur distille ses indices au compte-gouttes durant le récit. Les pistes lancées sont nombreuses mais, pour le moment, il reste difficile de savoir dans quel sens l'histoire évoluera lors du prochain opus. La vie à bord d'un navire semble décrite de façon réaliste avec ses frictions, sa promiscuité et des personnages très bien dépeints tels le malchanceux Fenton.

Au niveau des dessins, Johannes Roussel possède un trait précis et réaliste. Au travers des planches de cette BD, il parvient à faire passer les ambiances inhérentes à la vie à bord d'un bateau. Les cadrages sont suffisamment variés afin que les moindres recoins de la Danae semblent ne plus avoir de secrets pour le lecteur. Un léger reproche, cependant, en rapport avec les personnages. En cours de lecture, je n'ai pu m’empêcher de faire un parallèle avec le trait singulier de Cyril Bonnin. Les visages des protagonistes sont là aussi anguleux et parfois quelques peu figés. Néanmoins, la mise en couleurs des plus réussie permet d'atténuer mes réserves.

Les Naufragés de la Miranda est une aventure maritime captivante qui donne envie de lire la suite.

A noter, le site officiel de la série : www.hmsbd.com

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
1 novembre 2005 2 01 /11 /novembre /2005 17:39

critiquesbd.over-blog.fr
Dans le futur, l'humanité toute entière a été asservie. Pour Nolan Ska, seul moyen pour éviter ça : remonter le temps et retrouver F.G. Wilson, le futur promoteur de Techno-Lab, avant qu'il n'enclenche ce processus. Nolan débarque donc du futur pour prévenir le monde actuel de l'avenir qui l'attend !

Genre : Science-Fiction
Scénario : Fabien Vehlmann
Dessin : Bruno Gazzoti / Ralph Meyer
Editeur : Le Lombard
Année : Novembre 2001


Avec Des Lendemains Sans Nuage, Fabien Vehlmann nous livre un album découpé en nouvelles futuristes où l'ironie règne en maître.

Ce mode de narration est assez original puisque le fil conducteur l'histoire est constitué par les synopsis desdites nouvelles qui ne sont rien moins que les réalités futures vécues par l'un des personnages. En outre, chacune de ces histoires possède sa propre ambiance et nous projette dans un futur à la dérive pour mieux nous ramener au réel et à l'intrigue de fond.

Les dessins alternés de Bruno Gazzoti et Ralph Meyer sont sobres et bien mis en valeur par la colorisation tout au long du récit.

Au final, cet album sera un véritable plaisir pour les amateurs de de S-F (et les autres !) car nous avons là de une très bonne BD à lire et à relire.

Nota : Cet album a reçu un "Eléphant d'or" pour le meilleur scénario à Chambéry en octobre 2002 et le prix de la "Meilleure BD" aux "Utopiales", festival international de science-fiction, de Nantes en novembre 2002.
© Le Lombard

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
28 octobre 2005 5 28 /10 /octobre /2005 07:45

Chroniques de Centrum (t.1)
Je vis quelque part en Europa. Quelques part dans cette megalopole d'un millard d'habitants appelée Centrum. Et plus particulièrement dans la Necrozone. C'est la que, pied dans l'eau et pluie sur le crâne, vivent la plupart des résidents de Centrum. Et c'est la que je travaille. Mon boulot ? Je suis un contrôleur. Fonctionnaire assermenté du ministère de la population. Je n'ai pas de nom. Mes confrères et moi, on nous appelle simplement "les furets". Vous savez, ces bestioles qui viennent saigner la volaille à l'intérieur du poulailler... Vous voulez savoir encore une chose ? La volaille, le gibier, c'est vous !

Genre : Science-Fiction
Scénario : Jean-Pierre Andrevon
Dessin : Afif Khaled
Editeur : Soleil
Année : Mai 2004


Les Chroniques de Centrum constituent l’adaptation BD du roman de science-fiction d’Andrevon Le travail du furet à l’intérieur du poulailler. Ce premier tome est une bonne introduction à l’univers du Centrum. Ambiance à la Blade Runner et vision pessimiste des errements écologiques de l’homme sont de mises.

On se laisse prendre rapidement par le scénario bien ficelé dans lequel évolue le personnage principal, un fonctionnaire de la mort dont le travail consiste à réguler la population en éliminant des cibles choisies par loterie !

Côté dessin et couleur, le trait de Afif Khaled se rapproche un peu de celui de Bajram et restitue très bien l'atmosphère oppressante et glauque pensée par Jean-Pierre Andrevon.

Ce premier tome des Chroniques de Centrum est une réussite. Espérons que les autres volumes de cette trilogie "old school" seront à la hauteur...

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
23 octobre 2005 7 23 /10 /octobre /2005 09:27

critiquesbd.over-blog.fr
Années 50. Yann Calec et Rosanna sont installés à Rouen en compagnie de leur fille, Inès. Pour Yann, l'urgence est de dénicher le commandement d'un tramp. A force d'obstination, il trouvera finalement un poste en Indochine. Remplaçant le commandant du Thabor, un cargo fatigué qui transporte armes et marchandises, Calec se retrouve plongé dans un passé, d'où ressurgit le fantôme d'un père détesté - une "gloire locale" -, tué par le Viet Minh. Et puis il est chargé d'une mission : il doit retrouver Fabien Marchand, le fils de son voisin, engagé dans la légion étrangère. Arrivé à Saigon, Yann Calec découvre un environnement pour le moins agité, où il ne fait pas bon passer pour un communiste, et où les magouilles sont monnaie courante, y compris à bord de son propre navire.

Genre : Aventure
Scénario : Jean-Charles Kraehn
Dessin : Patrick Jusseaume
Editeur : Dargaud
Année : Octobre 2005


Nous voilà repartis pour un troisième cycle du thriller maritime Tramp. Après l'Amérique du sud et l'Afrique, ce nouveau tome nous transporte Asie, plus précisément en Indochine.

Escale dans le Passé permet à Jean-Charles Kraehn d'installer les bases d'une intrigue qui devrait trouver son dénouement lors du prochain opus. Pour une personne étrangère au monde de la marine marchande comme moi, l'ensemble des détails fournis par l'auteur laisse à penser que ce récit de qualité a été élaboré à partir d'une solide documentation en la matière. Je regretterais simplement un manque d'action qui aurait sans doute rendu l'histoire encore meilleure. Pour se faire "pardonner", Jean-Charles Kraehn étoffe un peu plus le personnage de Yann Calec en nous dévoilant quelques pans de son passé, et notamment ceux ayant trait à son père...

Le dessin de Patrick Jusseaume n'est pas pour rien dans la réussite de cet album. Son trait réaliste est sobre et soigné. Ajoutés à cela un découpage efficace et une colorisation chaleureuse, on obtient une composition graphique que j'aime beaucoup.

A noter pour la première édition, la présence de quelques pages crayonnées très sympathiques à la fin de l'album, agrémentées de commentaires du scénariste.

Une belle aventure dont on a envie de lire la suite.

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
19 octobre 2005 3 19 /10 /octobre /2005 09:01

Dans la Nuit (t.2)
Nuit du 4 juillet, jour de la fête de l'indépendance. Le Bon Samaritain est fidèle au poste, prêt à écouter, à réconforter... Et c'est Arnie qui le contacte. Cette nuit-là, le jeune homme travaille comme gardien dans un parking. Or, c'est cette nuit que des souvenirs remontent du 3e sous-sol... Des souvenirs qui réclament vengeance... Des souvenirs qui tuent...

Genre : Fantastique
Scénario : Joël Callède
Dessin : Denys
Editeur : Delcourt
Année : Mars 2004


Encore un très bon one-shot réalisé par le tandem constitué de Joël Callède et Denys.

Le scénario de ce polar fantastique n'est pas des plus original, mais en revanche il est diablement efficace. Hormis les passages mettant en scène le « bon samaritain », toute l'histoire de ce huis clos se déroule dans un parking à l'atmosphère oppressante. A l'instar des bons films d’horreur, Joël Callède prend le temps d'installer les éléments d'angoisse et de peur qui viendront apporter une crédibilité à son macabre récit. Tous les ingrédients sont réunis de façon à ce que les protagonistes sachent que la mort les attend au tournant !

Les dessins de Denys viennent sans conteste renforcer l'ambiance glauque des lieux. Les cadrages choisis, la manière dont les inquiétudes et délires des personnages sont portés à l'image constituent de vrais points forts pour cette bande dessinée.

Un album très réussi.

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
15 octobre 2005 6 15 /10 /octobre /2005 07:30

critiquesbd.over-blog.fr
Son passé la hantera-t-elle à jamais ? Lady S se remémore son arrivée inopinée chez les Fitzroy pour leur restituer les bijoux volés il y a quelques années. Pour seul bagage, elle n'avait que ses 18 ans et un énorme poids sur la conscience... Un conte de fée a suivi : Shania, devenue Suzan, travaille à présent avec son père adoptif, un haut diplomate américain. Mais tôt ou tard, les passés trop lourds ressurgissent pour ceux qui souhaiteraient les oublier...

Genre : Policier/Espionnage
Scénario : Jean Van Hamme
Dessin : Philippe Aymond
Editeur : Dupuis
Année : Septembre 2005


Dans ce deuxième tome, l'intérêt suscité par le premier opus se confirme.

Partant d’un thème d'actualité (l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne), Jean Van Hamme nous livre une histoire classique, mais palpitante, avec en toile de fond une intrigue politico-diplomatique fomentée par des services secrets dont nous ne savons pas encore grand chose. A cette occasion, des flash-back habilement positionnés sur le passé de Suzan/Shania nous livrent les derniers secrets de la séduisante Lady S. Vous l'aurez compris, sans être original, le scénariste donne ici dans l'efficace et cela suffit à divertir le lecteur que je suis.

Coté dessins, le style réaliste de Philippe Aymond colle bien au scénario. Son trait, clair et soigné, se range dans la catégorie des Francq, Vance ou Denayer que j'aime à retrouver en bande dessinée.

Au final, À ta santé, Suzie ! est un album agréable qui termine adroitement le premier cycle de cette série.

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article

Séries

Sites Généralistes

Catégories

Audience et Statistiques

  

   un compteur pour votre site