Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 août 2005 4 25 /08 /août /2005 06:36

critiquesbd.over-blog.fr
Paris 1893, Benjamin Kergalec est un jeune dilettante qui patauge dans une petite carrière de journaliste. Retiré depuis longtemps dans le vieux manoir familial après l’expérience douloureuse des barricades, le père Kergalec place beaucoup d’espoirs dans l’avenir journalistique de son fiston. Au cours d’une de ses visites au manoir, Benjamin tombe sur une boîte renfermant d’ étranges souvenirs : une photo de 1848, une horloge, et des poèmes. Il décide d’emmener tout ça. Arrivé à Paris, le jeune homme veut devenir un poète célèbre. Mais un événement incroyable va chambouler ses beaux projets : il s’aperçoit par accident que l’horloge n’est pas ordinaire. Elle arrête le Temps… 

Genre : Fantastique
Scénario : Mathieu Gabella
Dessin : Anthony Audibert
Editeur : Petit à Petit
Année: Avril 2005


Je suis vraiment ravi de mon achat. Pour un coup d'essai, un éditeur et deux auteurs que je ne connaissais pas, c'est une très bonne surprise.

Coté scénario, Mathieu Gabella installe avec brio son histoire à la fin du 19ème siècle. J’essaierai de ne pas trop m'y étendre afin de ne pas éventer les intrigues déroutantes (car il y en a plusieurs) imaginées par l'auteur. Les éléments de cette enquête fantastique, tout comme les divers protagonistes, sont introduits à point nommé. Pas de rebondissements tirés par les cheveux. C'est fluide et parfaitement maîtrisé jusqu'à la dernière page insoupçonnable.

Quant au dessin, Anthony Audibert possède un style très particulier qui peut surprendre. Ses personnages sont plutôt anguleux, mais tout compte fait cela participe activement à l'ambiance recherchée. Les découpages et la mise en couleur sont efficaces : les différences de tons permettent une distinction aisée entre le présent, les flash-back et les périodes de "stases". On notera aussi des clins d’œil envers certains personnages connus. Plaisant.

Un récit divertissant et original que je vous conseille vivement.

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
23 août 2005 2 23 /08 /août /2005 13:05

critiquesbd.over-blog.fr
Londres. 1874. Quelques semaines après la mort tragique de Julian Harrwood, la vie a repris son cours. Aidé par Mary Launceston, Ruppert Graves travaille sur un article traitant du récent engouement de la bonne société anglaise pour le spiritisme et le paranormal. Alors même qu'ils venaient tous deux d'assister à une séance de spiritisme orchestrée par la célèbre médium Mrs. Todd, celle-ci met fin à ses jours de façon brutale et inexpliquée. Et c'est alors que se produisent une succession de suicides plus incompréhensibles les uns que les autres...

Genre: Policier
Scénario: Roger Seiter
Dessin: Cyril Bonin
Editeur: Casterman
Année: Septembre 2001


Avec Le Mangeur d’Ames, Roger Seiter et Cyril Bonin entament le deuxième diptyque d'une série jusqu'à présent remarquable.

Le scénario de cette nouvelle aventure semble plus orienté fantastique que lors de la première enquête. Cette fois ci, Roger Seiter laisse la responsabilité des investigations aux personnages secondaires des deux premiers tomes : Mary et Ruppert. L'intrigue, pleine de suspens, fonctionne de nouveau à merveille. L'histoire se lit aisément avec un soupçon d'avidité. A noter, la scène ponctuant ce troisième tome fait un rappel aux premières pages de l'album. Je n'en dirai pas plus pour vous laisser découvrir l'intrigue imaginée par le scénariste.

Le dessin de Cyril Bonin est toujours aussi bon, compte tenu de son style très particulier. Une novation malgré tout : la mise en couleur nous offre teintes plus chaudes qui tranchent avec les tons des premiers tomes. Les décors de Londres sont de nouveau très réussis. Le seul petit reproche tient aux visages des personnages sans véritables expressions ...

En bref, du très bon. Espérons simplement que l'introduction des éléments fantastiques n'entacheront pas la conclusion de ce cycle ...

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
19 août 2005 5 19 /08 /août /2005 08:28

critiquesbd.over-blog.fr
Tout a commencé dans les îles Shetlands lorsque Sir Thomas Launceston a ouvert un tumulus viking. S'en suivit une série de meurtres particulièrement violents, dont celui de Sir Thomas. Mary Lauceston, sa fille, décide alors de mener sa propre enquête avec son ami Ruppert Graves. Elle est en effet convaincue que la police manque d’inspecteurs capables de résoudre le mystère dont sont enveloppés ces crimes. Pendant ce temps le jeune Julian Harwood, inspecteur à Scotland Yard, est sur toutes les pistes...

Genre: Policier
Scénario: Roger Seiter
Dessin: Cyril Bonin
Editeur: Casterman
Année: Juin 2000


Avec ce deuxième tome, les protagonistes de Fog poursuivent leurs palpitantes aventures pour notre plus grand plaisir.

L'histoire, particulièrement bien construite, continue pour partie dans les bas-fonds de Londres. Une nouvelle fois, Roger Seiter nous livre les réponses au compte goutte et fait résolument pencher son intrigue du coté de l'enquête policière en délaissant peu à peu les éléments fantastiques. Tout ceci est réellement bien amené : les brumes de l'enquête se dissipent, mais le scénariste parvient malgré tout à conserver secrète l'identité du vrai coupable jusqu'aux derniers instants. De la belle ouvrage.

Le trait si particulier de Cyril Bonin renforce efficacement l'atmosphère oppressante des ruelles londoniennes instaurée par le scénariste. Une fois immergé dans l'histoire (et cela arrive vite), ce style peu commun en devient finalement agréable à l’œil.

Les deux premiers opus constituent un cycle efficace qu'il serait dommage de laisser passer !

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
18 août 2005 4 18 /08 /août /2005 18:55

critiquesbd.over-blog.fr
Iles Shetland, fin du siècle dernier. Sir Thomas Launceston, archéologue de son état, ignorant les menaces gravées dans la pierre, ouvre la tombe de Viga-Jön et de son frère, Vikings sanguinaires et sorciers redoutés, enterrés depuis dix siècles. Le navire transportant les deux corps vers Londres coule à l'embouchure de la Tamise, et bientôt des meurtres sont commis à la hache. La malédiction de Viga-Jön semble prendre corps. Le Yard, en la personne des inspecteurs Harwood et Molton, mène l'enquête. Enquête bien difficile, parsemée de nouveaux meurtres...

Genre: Policier
Scénario: Roger Seiter
Dessin: Cyril Bonin
Editeur: Casterman
Année: Juin 1999


Avec Le Tumulus, Roger Seiter nous livre une histoire qui donne envie de découvrir ce que réservent les autres volumes de la série Fog.

Les personnages évoluent dans un Londres fin de 19e siècle à l'ambiance sombre, limite glauque sur certaines planches. L'intrigue se déroule de façon habile au gré des indices distillés ça et là par le scénariste. A l'instar de certains lecteurs, j'ai également pensé aux romans de Conan Doyle en parcourant ce tome.

Côté graphisme, on ne peut pas dire que le style de Cyril Bonin laissera le lecteur indifférent. Pour ma part, il m'a fallu quelques planches avant de me familiariser avec un dessin pour le moins étrange dans lequel évoluent des personnages anguleux et parfois distordus. A la réflexion, cela n'est pas désagréable et renforce même l'attrait de cet opus.

En route pour Le Destin de Jane (tome 2)...

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
16 août 2005 2 16 /08 /août /2005 19:33

critiquesbd.over-blog.fr
1945, Floyd a 4 ans quand il décide qu’il fera un jour partie de la CIA. Les Russes viennent de tuer son père et il souhaite contenir l’ogre rouge. 1967, alors que l’Amérique connaît l’été de l’amour, il s’engage dans la compagnie et connaît bientôt sa première affectation en Inde, où il s’initiera au Grand Jeu de la Guerre Froide. 2004, pourquoi Floyd ressurgit aujourd’hui dans une Amérique assoupie qui a triomphé du marxisme ?

Genre : Espionnage
Scénario : Stephen Desberg
Dessin : Hugues Labiano
Editeur : Dargaud
Année : Février 2005


Après l'administration fiscale américaine, Stephen Desberg choisit maintenant les services secrets US comme théâtre de ses nouvelles intrigues.

Dans ce premier opus, il pose les bases de son histoire et nous présente Floyd, le personnage central. Globalement, il s'agit d'un récit d'espionnage à travers le monde sans originalité ébouriffante, mais efficace ! En scénariste expérimenté, Desberg nous entraîne dans deux époques différentes afin d'esquisser ses diverses intrigues. Les thèmes abordés sont bien choisis, notamment les suspicions quant à l'élection du Président des Etats-Unis, car cela mêle habilement fiction et réalité. Je pense que la vraie force du récit est là. Néanmoins, malgré le talent indéniable du scénariste, on ne parvient pas encore à se prendre d'amitié pour Floyd. Gageons que cela viendra par la suite.

Le graphisme de Hugues Labiano est expressif et restitue au mieux les ambiances des années 50-60. Son style semi-réaliste est reconnaissable à la façon très particulière qu'il a de dessiner ses personnages : on se croirait presque dans Mister George ! Ses cadrages sont bien sentis et donnent un petit coté cinématographique.

Un premier tome honnête au concept convainquant.

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
18 octobre 2004 1 18 /10 /octobre /2004 18:40

Reality Show (t.2)
Norman K.Barron dirige une petite équipe de Mediacops des policiers tout en muscles, toujours dans les coups les plus spectaculaires et bardés de caméras permettant à des millions de télespectateurs désoeuvrés de les suivre en direct 24 heures sur 24 dans leurs dangereuses investigations. Sa nouvelle équipière, Oshii Feal, sera-t-elle en mesure de l'aider à neutraliser « Le Triangle Rouge », l'un des plus cruels serial killers de l'histoire ?

Genre : Science-Fiction
Scénario : Jean-David Morvan
Dessin : Francis Porcel
Editeur : Dargaud
Année : Mai 2004


Après avoir lu plaisamment le tome 1, j'avoue que ce deuxième opus a été expédié avec une certaine avidité. Morvan recentre son récit sur le mystérieux « Triangle Rouge » et nous montre à nouveau sa maestria. J'aimerai bien savoir qui se cache derrière ce psychopathe à la croisée de Freddy (voir ses mains), Robocop (l'exosquelette qu'il doit certainement porter n'y est pas étranger) et le tueur de Seven qui vivait ses expériences par procuration. A ce propos, qu'est-ce qui peut motiver ses actes ?

Les dessins de Porcel ne figurent pas parmi les meilleurs que j'ai pu voir. Mais bon, ils ne sont pas non plus mis en valeur par les couleurs plutôt sombres et pas toujours très belles. Enfin, cela s'efface lorsque l'on rentre dans l'histoire.

En bref, un bon second tome.

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
3 octobre 2004 7 03 /10 /octobre /2004 18:18

critiquesbd.over-blog.fr
June Leny, jeune diplômé ambitieux est nommé chargé d’affaires terrien sur Mayam. Alors qu’il ne cherche qu’à faire fortune, le plus vite possible et sans trop de scrupules, il dérange certains membres du Cartel du Fleuve Stellaire sur la piste d’un trésor inestimable. Après que June ait échappé à une tentative de meurtre, il prend un bateau peuplé de truands et d’aventuriers peu recommandables vers le territoire interdit où les Eïams furent massacrés.

Genre: Science-Fiction
Scénario: Stephen Desberg
Dessin: Daniel Koller
Editeur: Dargaud
Année: Septembre 2004


Le premier tome de cette nouvelle série me laissait penser que nous étions en présence d'une saga qui s'annonçait passionnante. Las, ce deuxième album en demi teinte me laisse un peu sur ma faim. Certes, l'histoire concoctée par Desberg progresse (lentement !). Mais beaucoup de questions demeurent encore sans réponses. Au final, le tout reste quelque peu obscur.

Coté dessin, Koller reste dans le même ton que lors du précédent tome avec un trait qui me convient complètement.

Le troisième tome devrait nous apporter toutes les réponses et clore le cycle par la même occasion.

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article

Séries

Sites Généralistes

Catégories

Audience et Statistiques

  

   un compteur pour votre site