Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 08:55

Secrets Bancaires (t.1)
Depuis la faillite de son entreprise, Jacques Colpin est criblé de dettes. Il ne lui reste qu'un seul et unique espoir : obtenir un prêt pour le projet hôtelier qu'il rêve de monter en Croatie, pays de sa femme Ivana. Alors qu'on vient une nouvelle fois de lui refuser l'emprunt qu'il demandait, c'est du frère de cette dernière que vient la solution. Djuro lui présente un investisseur privé nommé Franco Bucci, qui accepte de lui prêter l'argent. Mais Jacques aurait mieux fait de réfléchir à deux fois avant d'accepter un cadeau trop beau pour être inoffensif !

Genre : Policier
Scénario : Philippe Richelle
Dessin : Pierre Wachs
Editeur : Glénat
Année : Avril 2006


Après avoir lu Les Coulisses du Pouvoir, cette nouvelle série était l'occasion de découvrir le travail récent du talentueux scénariste Philippe Richelle.

Premier tome d'un diptyque, Les Associés aborde le thème de la corruption et du blanchiment d’argent. Pour le moment, ce polar-économique ne révolutionne pas le genre et les mécanismes qui nous sont exposés relèvent plus de la magouille artisanale que de la haute finance internationale. Néanmoins, la narration est très bien construite. Les faits relatés sont très crédibles et intéressants, même s'il faut attendre les deux tiers de l'album pour que l'intrigue se fasse véritablement jour. Comme souvent le premier album sert de prologue à d'autres rebondissements que Philippe Richelle devraient développer lors dans les prochains volumes. On notera aussi un personnage principal attachant dans sa naïveté et dans la volonté qui est la sienne d'aspirer à des jours meilleurs pour lui et sa famille.

Coté dessins, la mission a été confiée à Pierre Wachs lequel avait déjà œuvré sur les séries Le Triangle Secret et INRI. Au niveau des décors, le rendu est des plus agréables. Le style réaliste de Pierre Wachs lui permet d'agrémenter ses cases de nombreux détails. Cette impression est d'ailleurs renforcée par un gros travail fourni sur le cadrage et le découpage des planches. En revanche, les personnages ne sont pas fameux. Ces derniers paraissent figés, même lors des rares scènes d'action du récit. De même, leurs visages sont un peu disgracieux. Pour finir, je saluerais la mise en page très réussie de la couverture, laquelle incite à se plonger dans cet album.

Une série à suivre, programmée en huit tomes.

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
10 juillet 2006 1 10 /07 /juillet /2006 11:40

La Dame aux Chienscritiquesbd.over-blog.fr


Fiche Descriptive

Genre: Fantastique
Série: La Maison aux 100 Portes
Tome: 1
Scénario: Isabelle Dethan
Dessin: Isabelle Dethan
Editeur: Delcourt
Année: Mai 2006



Résumé

Claire s’installe en colocation chez sa meilleure amie Théodora, qui vient d’hériter d’une immense maison. Si la cohabitation entre les deux jeunes femmes et les autres résidents se passe au mieux, ceux-ci découvrent vite que la demeure est pleine de secrets et de mystères. Quand surgit alors l’étrange Salem, un ténébreux individu qui demande asile...



Critique

La Maison aux 100 Portes constitue l'occasion pour moi de découvrir Isabelle Dethan, une artiste que je ne connaissais pas. Dans La Dame aux Chiens, premier tome de cette nouvelle série, l'auteur lorgne ouvertement du coté du fantastique et du paranormal. L'intrigue reste assez classique et contient tous les ingrédients du genre : un groupe de jeunes gens, une vieille demeure ayant une histoire trouble, une gouvernante énigmatique, la méchante de service et le repentis charmeur... Dès les premières pages, Isabelle Dethan parvient à susciter la curiosité du lecteur. Malgré tout, le récit n'exploite pas suffisamment toutes perspectives qu'il laissait entrevoir. Le scénario est plaisant, mais nous laisse un peu sur notre faim.

Concernant le dessin, Isabelle Dethan nous offre là des planches pour le moins épurées. Il ne s'agit pas du style graphique vers lequel se porte mon regard habituellement. Cependant, le manque de détails relatifs aux décors n'est pas gênant en lui-même. L'ensemble m'a néanmoins paru un peu froid. Peut-être est-ce du aux choix effectués pour la colorisation.

Au final, un premier opus agréable mais pas inoubliable. Isabelle Dethan y laisse malgré tout suffisamment de piste pour avoir envie de parcourir le deuxième opus lorsqu'il sortira...
Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
7 juillet 2006 5 07 /07 /juillet /2006 07:15

critiquesbd.over-blog.fr
En pleine nuit, sur l’île de Noirmoutier, une cérémonie étrange doit décider qui de quatre nouveaux-nés est celui qui possède le don. Le lendemain, la mère du bébé est retrouvée en plein marais... assassinée ! C’est ainsi que débute l’histoire du jeune Clément. Un garçon doué de pouvoirs de télékinésie... qui vont bien au-delà de ce qu’il pense savoir.

Genre : Fantastique
Scénario : Eric Corbeyran
Dessin : Paul Marcel
Editeur : Delcourt
Année : Mars 2006


Outre l’histoire, ce sont tout d’abord la couverture et les dessins de cet album qui m’ont incité à le découvrir. Paul Marcel nous gratifie d’un travail graphique assez spectaculaire. De prime abord, sa source d’inspiration semble grandement basée sur les réalisations de Marc Moreno (Le Régulateur). Le trait est soigné et très détaillé, aussi bien pour les décors que pour les personnages. La mise en couleur n’est pas en reste : elle conforte au mieux l’ambiance ténébreuse et mystérieuse élaborée par Corbeyran au scénario. Mes deux seuls bémols seraient peut-être un ensemble légèrement trop sombre et des personnages pas assez expressifs à certains moments. Néanmoins, il s’agit là d'ergotage.

Côté histoire, disons d'emblée que le scénario élaboré par Corbeyran est bien mené. Les différentes étapes du récit s'enchaînent sans temps morts même si au final tout cela reste conventionnel et sert surtout à mettre en place cette série. Un astucieux rebondissement à la fin du tome devrait donner aux lecteurs l'envie de découvrir la suite...

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
25 juin 2006 7 25 /06 /juin /2006 12:06

critiquesbd.over-blog.fr
Accompagnée de Jérôme, Babette se rend auprès de son amie Ingrid qui vient d'avoir un bébé. Avec Félix, son compagnon, et la vieille mère de celui-ci, Ingrid habite une charmante ferme, au pied des montagnes dans un paysage bucolique et enchanteur. Ce serait un véritable petit coin de paradis si la vieille femme sans sourire n'avait toujours refusé une autre présence féminine que la sienne auprès de son fils. Et quand Félix apprendra que l'enfant n'est pas le sien, le petit coin de paradis se consumera bientôt dans les feux d'un enfer familial, attisés par la haine de la vieille femme. Babette et Jérôme risquent aussi de s'y brûler...

Genre: Policier
Scénario: Alain Dodier
Dessin: Alain Dodier
Editeur: Dupuis
Année: Avril 2005


J'éprouve toujours un peu de nostalgie à la lecture d'un Jérôme K. Jérôme Bloche. La nostalgie d'une bonne bande dessinée classique "à la papa" avec son héros sympa, limite ringard, telle que j'en lisais lorsque j'étais plus jeune.

Dans ce nouvel épisode, Jérôme et Babette quittent la capitale pour Un Petit Coin de Paradis à la montagne. Malgré un contexte a priori bucolique, son instinct d'enquêteur permettra à Jérôme de dénouer une situation qui aurait pu devenir dramatique pour certains personnages secondaires de l'intrigue. N'allez cependant pas imaginer que le scénario imaginé par Dodier recèle un suspense insoutenable puisque dès le départ le lecteur connaît la coupable. Néanmoins, le scénariste maîtrise suffisamment son récit pour maintenir notre intérêt de bout en bout avec en prime quelques traits d'humour discrets mais habiles.

Les dessins de Dodier sont clairs et agréables à parcourir. Son style semi-réaliste donne un charme particulier à cette série, d'autant qu'il ne nuit nullement à l'expressivité des personnages.

Ce dix-huitième tome plaira aux amateurs d'histoire efficace et remplie de fraîcheur, à l'image de la série.

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
13 juin 2006 2 13 /06 /juin /2006 12:33

Mysteries (t.1)
Londres, 1875. La jeune et jolie Valeria Brinton vient d’épouser Eustace Woodville, un homme séduisant et secret rencontré quelques semaines auparavant. Un coup de foudre mutuel. Les époux sont très épris et tout semble sourire au couple fraîchement marié. Mais assez vite, la jeune femme s’inquiète de voir leur union entachée par des zones d’ombre pour le moins gênantes. Pourquoi aucun des membres de la famille de son mari n’a-t-il assisté à leur mariage ? Et surtout pourquoi Eustace ainsi qu’elle le découvre fortuitement, ne lui a-t-il pas révélé son véritable nom ?

Genre : Policier
Scénario : Roger Seiter
Dessin : Vincent Wagner
Editeur : Casterman
Année : Juin 2006


Avec Mysteries, Roger Seiter nous livre une adaptation d'un roman éponyme de Wilkie Collins, un auteur anglais de la fin du 19ème siècle.

Comme pour la série Fog, l'action se situe au sein de la bonne société britannique durant la période victorienne. Une bonne moitié de l'album consiste à planter le décors en livrant les divers éléments qui serviront de base à l'intrigue. Roger Seiter se livre également à une description des moeurs de l'époque avec lesquelles son héroïne, Valéria, ne semble pas en harmonie. Ceci étant posé commence alors le volet enquête policière de cette histoire. A ce propos, Valéria m'a étrangement fait penser au personnage de Miss Marple avec une cinquantaine d'années en moins. Une bonne mise en bouche pour préparer le second tome.

Coté dessins, le style de Vincent Wagner me rappelle celui de Cyril Bonin (Fog) dont il fut le camarade aux Arts Décos. Les personnages sont donc là aussi plutôt anguleux, ce qui n'empêche pas l'artiste de faire passer les émotions dont sont animés les personnages. Pour les décors, Vincent Wagner a certainement du travailler à partir de photographiques d'époque car de nombreux détails rendent les illustrations assez réalistes. Passer donc la petite réticence du début et laissez-vous emporter.

Seule contre la loi constitue un bon premier tome pour ce diptyque.

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
18 mars 2006 6 18 /03 /mars /2006 17:52

Les Nouveaux Tsars (t.01)
1991, l'URSS n'est plus. Néanmoins, à l'exception des pays de l'Europe de l'Est, tous les états devenus « indépendants » restent sous l'influence bienveillante de Moscou. Cet éclatement favorise grandement l'émergence de la Mafia au sein de la société russe. Youri Vladimir a une quarantaine d'années. Physicien hautement qualifié ayant effectué son service militaire dans l'armée soviétique, il a quitté l'Union Soviétique pour l'Europe à la fin des années 80. Très vite recruté par un bureau de contrôle sur l'armement nucléaire dépendant de l'OTAN, il est régulièrement envoyé en Russie afin contrôler le démantèlement d'armes nucléaires. Lors d'un séjour, il est le témoin fortuit d'un complot, et devient un homme à abattre...

Genre : Policier
Scénario : Jean-Yves Delitte
Dessin : Jean-Yves Delitte
Editeur : Glénat
Année : Octobre 2004


Après Les Coulisses du Pouvoirs et ses affaires de corruption au niveau européen, Jean Yves Delitte s'attaque en solo aux turpitudes touchant l'ex-bloc de l'Est.

Avec Les Nouveaux Tsars, l'auteur nous livre une histoire prenante et crédible car inspirée en majorité de faits d'actualité. Ce tome installe comme il se doit l'intrigue et les personnages. On se rend très vite compte de la densité du scénario politico-économique concocté par Delitte. Pensez donc personnages politiques russes de premier plan corrompus, faisant collusion avec des militaires désabusés en quête d'argent, le tout en tractations avec la rébellion tchétchène. Si l'on ajoute à cela une enquête menée par des membres du FSB (ex-KGB) sur les exactions présumées, les prochains tomes s'annoncent passionnants.

Au niveau graphique, Jean-Yves Delitte nous gratifie d'un dessin classique comme je les aime. Le trait est sobre et la mise en couleur fait ressortir l'atmosphère grise et froide de l'hivers russe. Seul bémol, mineur cependant, les personnages sont assez similaires d'une série à l'autre.

En bref, une bonne série pour amoureux du genre.

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
13 mars 2006 1 13 /03 /mars /2006 10:03

Tony Corso (t.2)
On l’appelle le privé de la jet-set. Une belle gueule assortie d’un culot certain, Tony Corso a fait de la région de Saint-Tropez son camp de base. C’est là qu’il vit d’enquêtes pas toujours très claires. Dustin, sorti grand vainqueur de la dernière émission de téléréalité « La Star de l’Eté », reçoit depuis un mois des messages anonymes sous forme de compte à rebours. L’échéance vise le dernier prime time lors duquel Dustin craint pour sa vie. Sur les conseil d’Anémone de Courville, baronne et jet-seteuse, le jeune rockeur fait appel a Tony pour mettre un terme a cette mauvaise plaisanterie.

Genre : Policier
Scénario : Olivier Berlion
Dessin : Olivier Berlion
Editeur : Dargaud
Année : Juin 2005


Ce deuxième opus confirme la bonne impression ressentie dès la lecture du tome 1.

L’intrigue est bien construite et on suit avec plaisir cette nouvelle enquête au sein de la télé-réalité. Berlion aborde intelligemment un univers où seuls comptent l’audience et donc le succès. Le personnage de Tony Corso commence à gagner en épaisseur puisque Berlion nous laisse entrevoir quelques bribes de son histoire. On notera cependant que les retrouvailles avec Madgid semblent un peu artificielles. Outre l'intrigue, les dialogues méritent eux aussi le détour avec quelques répliques des plus réussies.

Coté dessins, j'aime le traitement graphique de cette série. Berlion reste simple avec des planches agréables et soignées qui permettent une lecture aisée.

Une BD de facture classique mais divertissante. Objectif atteint !

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
19 février 2006 7 19 /02 /février /2006 13:26

 critiquesbd.over-blog.fr
Fiche Descriptive

Genre : Policier
Série : Judith
Tome : 1
Scénario : Paul Oliveira
Dessin : Eric Godeau
Editeur : Bamboo
Année : Juin 2004



Résumé

Trois hommes qui n’ont rien en commun sont engagés pour assurer la sécurité de Judith, fille d’un magnat de l’industrie pharmaceutique. Arrivés sur place, nos trois "gardes du corps" ont grand peine à appréhender la situation. La maison est déjà gardée par une cohorte d'agent de sécurité. En outre, la fille n’est pas seule. Elle partage chaque instant de sa vie avec une dame de compagnie prénommée Julia.

Les trois gardes du corps s’installent malgré une cohabitation peu évidente et une atmosphère rendue pesante par l'interdiction faite de communiquer avec l’extérieur. Bien vite, ils sont assommés par l’ennui. L’accumulation d’événements étranges va rapidement les sortir de leur torpeur...



Critique

Paul Oliveira signe un huis-clos captivant dans lequel le suspens est omniprésent et l'ambiance pesante bien retranscrite. Les indices sont distillés au compte goutte et on suit avec une incompréhension permanente ces trois « gardiens » dans une situation si ennuyeuse qu'elle en devient captivante pour le lecteur.

Le graphisme d'Eric Godeau est soigné et sied très bien à ce type d'histoire. Les planches sont homogènes et bien colorisées. La couverture, accrocheuse, est elle-aussi très réussie.

Au final, un premier album prometteur à l'issue duquel le mystère reste entier. Le prochain volume ponctuera cette aventure.
Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
22 janvier 2006 7 22 /01 /janvier /2006 09:27

 critiquesbd.over-blog.fr
Fiche Descriptive

Genre : Historique
Série : I.N.R.I.
Tome : 1
Scénario : Didier Convard
Dessin : Denis Falque - Pierre Wachs
Editeur : Glénat
Année : Avril 2004



Résumé

A leur retour de Jérusalem, en 1104, cinq chevaliers champenois portaient chacun une bague identique, un anneau surmonté d'un rubis. Parmi eux il y avait Hugues de Payns qui fondera plus tard l'ordre des Templiers. Ces cinq voyageurs revenaient de leur pèlerinage, marqués d'une malédiction qui allait traverser les siècles. Une malédiction qui devait frapper le cardinal Montespa le jour où il monterait sur le trône de Saint-Pierre. Eternel, l'anathème lancé contre les imposteurs de l'Histoire, ne s'effacerait qu'après l'achèvement d'une implacable vengeance occulte.



Critique

L'action de ce second cycle commence au Vatican et approfondit le mystère qui planait depuis les premiers volumes du Le Triangle Secret. Convard mène son récit avec maestria et nous distille les indices jusqu'à nous dévoiler le grand secret caché de de l'Église.

Côté dessins, il est intéressant de constater qu'à l'occasion des aller-retour dans le temps, deux dessinateurs ont été mis à contribution. Tout cela est plutôt original, même si parfois les couleurs paraissent un peu sombre et les personnages quelque peu figés.

Dans l'ensemble, les amateurs de fiction historique y trouveront largement leur compte.
Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article
13 janvier 2006 5 13 /01 /janvier /2006 18:05

critiquesbd.over-blog.fr
Devenu amnésique à la suite d’une opération, le garagiste George Price serait-il en réalité le gourou criminel d’une secte officiellement exécuté ? Au péril de sa vie, une journaliste l’aide à répondre à cette question. George Price a d’autant plus hâte de connaître sa véritable identité qu’il a découvert qu’il était le cobaye d’une fausse épouse et d’un faux beau-père. A Washington où, associés, George et Jennifer recherchent la vérité, ils sont pris en chasse par des individus résolus à les neutraliser. Aux ordres de qui obéissent-ils ?

Genre : Policier
Scénario : Rodolphe - Serge Le Tendre
Dessin : Hugues Labiano
Editeur : Le Lombard
Année : Juin 2004


L’intrigue plutôt bien préparée dans le premier tome était alléchante et promettait un deuxième opus captivant.

Hélas, il faut bien avouer que c’est un peu une déception. En fait, il n'y a guère de suspense ou de rebondissements dans cet album. Une fois les détails de l'histoire découverts, certains aspects du scénario paraissent assez improbables (je vous laisse le soin de les découvrir). Les ficelles sont un peu tirées par les cheveux et laissent l’impression d’une intrigue trop vite bouclée. Serge Le Tendre et Rodolphe auraient certainement pu tirer un meilleur parti d'un diptyque qui promettait beaucoup...

Les dessins d’Hugues Labiano et les couleurs de Scarlett Smulkowski sont en droite ligne du premier tome. Une nouvelle fois, il n'y a rien à redire sur la mise en scène et les ambiances.

Repost 0
Published by PhV - dans Chroniques
commenter cet article

Séries

Sites Généralistes

Catégories

Audience et Statistiques

  

   un compteur pour votre site